AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 4.264km la foulée bourronnaise

Aller en bas 
AuteurMessage
freds
 
 


Masculin
Messages : 528
Age : 34
Inscription : 09/01/2013

MessageSujet: 4.264km la foulée bourronnaise   Sam 29 Aoû - 21:27

Après une bonne période de course nature qui m'a permis de souffler, me voici de retour sur route avec la foulée bourronnaise. Il s'agit d'une course qui n'est pas si facile que ça avec 2 cotes, des passages sur la terre et de plus, elle a lieu l'après midi. Je l'ai déjà fait 2 fois, mon record sur le parcours de 4km est de 28"08. Mais avant cela, je m'achète des accessoires de sport, des chaussettes, des shorts (le mien est troué) sans oublier mon premier sac de trail! Ainsi, je pourrait faire de longues sorties sans courir avec un bidon à la main.

Malheureusement, la météo est trop clémente, on annonce 32 degrés l'après midi à paris donc à Bourron... Je m'inscrit, je met mon dossard et je m'échauffe. La chaleur devient de plus en plus écrasante, j'ai bu 1 litre et demi en 2h, la dernière gorgée 30 minutes avant la course etc... A quelques minutes de la course, je sens quelque chose au niveau de la gorge, une légère sensation soudaine de soif qui passe l'espace d'une seconde. Sur ce coup, je crains que cette course va être terrible, il doit faire environ 35-36 degrés au soleil. Mon objectif est de battre mon record sur le parcours (mais à mon avis, ça va être surement fait) et aussi faire un temps entre 22 et 24 minutes. Cependant, la chaleur change tout!

Nous sommes peu de coureurs sur la ligne de départ, c'est parti! Et directement, je fait le 1er km rapidement, je me sens chaud. Je double quelques coureurs de l'US Champagne sur seine et je franchit le 1er km en 4"41, 2ème km en 5"47, je maitrise un peu mais je souffre à la fin de ce km, je sens que ma gorge est asséchée, je me sens déshydraté. Derrière, on me double mais je vois des coureurs victimes de défaillance, qui court et qui s'arrêtent, qui souffrent de la chaleur. Je sais qu'il y a un ravitaillement peu après le 2ème km, je prend une bouteille et je m'arrête pour boire. Personne me double derrière, il y a du monde mais ils sont en souffrance comme moi.

Peu après, je continue à courir, le mal est fait, je souffre, j'ai des sensations que ma tête tourne parfois, je décide alors de ralentir le rythme, j'ai peur de ne pas battre mon record mais je gère. 3ème km en 6"31, on me double de moins en moins, je suit une femme (la 2ème senior), on me double encore un peu mais en voyant ma montre, je pense que mon record sera battut. Une grande spécialiste de marche nordique, Appolyne me supporte sur la course, me voici dans la dernière cote, celle là m'a toujours marqué, ce sera le cas pour cette fois si aussi. Nous voici dans la dernière ligne droite et je me sens "vidé". La senior féminine me fait le sprint, je lui répond mais finalement, je perd pour la première fois de ma vie. Elle a fait un super sprint et a profitée de mon état de fatigue. Bravo à elle, ça aurait du m'arrivé de me faire battre au sprint et je suis content que ça soit quelqu'un qui termine sur le podium de sa catégorie.

Je vais au ravitaillement final et je bois une bouteille d'eau et je mange du pain d'épice. Je me change et une vingtaine de minutes plus tard, je souffre de la chaleur. Même dans les vestiaires, je transpire alors que je suis assis, que le chauffage n'est pas allumé. Pendant ce temps, je vois des coureurs du 10km qui vont dans les lavabos voir dans les douches histoire de se rafraichir avant le départ. Je croise quelques coureurs du 4km qui ont dis qu'il a vraiment fait chaud!

La course commence, je vois les coureurs dans le 6ème km, il y a beaucoup de visages marqués par la chaleur, au total, j'en vois qu'un ou deux qui ne souffrent pas tellement.

Les coureurs arrivent, le 1er en 35 minutes et quelques, la première féminine dans les 20 premiers au crash. Des médecins s'activent, on se demande ce qui se passe, ils se déplacent dans divers endroits... 2 ambulances arrivent, ce sont des images qu'on n'aime pas voir. Un médecin soulève la 1ère féminine qui a fait un malaise à cause de la chaleur et l'emmène dans un coin. Une autre coureuse du CS Montereau est à terre, elle a fait un malaise aussi. Je parle avec des coureurs de mon club, chaque personne le reconnaissent, la chaleur a été écrasante, ce n'était pas une météo pour battre son temps. Un coureur nous signale qu'il a vu plusieurs coureurs abandonnés, marchés ou faire des malaises. Certains coureurs ont eu leur temps largement supérieur par rapport à leur record comme Jonathan Trunde qui a terminé en 1h01 ou Sophie Trénier qui a terminé en 53 minutes (elle termine autour des 40-45 minutes).

Je termine finalement la course 34/55ème en 24"49, meilleur temps sur ce parcours, meilleur classement (pour une fois, je ne termine pas dernier!). Mais cette course a fatiguée mon organisme. Il faut relativisé, on dois jouer avec les conditions climatiques. Sur ce, je bois (j'ai encore mal à la tête) et je me repose, prochaine course, le vertigo maison de la radio, une course inédite pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
4.264km la foulée bourronnaise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4.264km la foulée bourronnaise
» [Les Foulées du Tram 2008] Piam
» Les foulées du bord de Loire
» Foulées St Privadiennes
» les foulées jocondienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLANETE JOGGING FORUM :: Côté bibliothèque :: CR courtes distances-
Sauter vers: