AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Trail des Poilus

Aller en bas 
AuteurMessage
seb de st prest
 
 
seb de st prest

Masculin
Messages : 1640
Age : 48
Ville : Vannes / (Morbihan)
Inscription : 14/05/2009

Trail des Poilus Empty
MessageSujet: Trail des Poilus   Trail des Poilus EmptyLun 15 Mar - 22:57

Dimanche 14 mars. Ce dimanche était plus attendu que le 25 décembre ou que le lundi de Pâques. Point de cadeaux ni d’œufs magiques mais un soleil voilé , un ciel brumeux et malgré tout une douceur relative que l’on sentait poindre.
Ce trail des Poilus était planifié coute que coute dans ma préparation TransAq de début juin. Placé juste derrière un raid de 2 jours mi-interville mi-sportif qui fut assez éprouvant physiquement, c’est sur – comme prévu – limite sur les réserves que je devais gambader quelques 22 bornes sur les traces de nos compatriotes tombés pour la paix prés d’un siècle plus tard.

Trail des Poilus 268876DSC06148

Les mioches, constamment malades depuis plusieurs semaines , m’ont miraculeusement (je n’y crois pas mais il n’y a pas d’autres termes pour décrire un destin heureux) épargné la nuit.

Chargé d’un sac de 2.6 kilos (inclus boissons énergétiques) en test sur une distance (+ dénivelé) aussi longue, me voila prêt.
8h : l’heure du rendez vous avec Laurent un pote du club de Lambres (« Je Cours Pour Le Plaisir ») a sonné et nous prenons tranquillement le chemin de Notre Dame de Lorette.

La nécropole de Notre-Dame-de-Lorette est située sur le territoire de la commune d'Ablain-Saint-Nazaire. Elle a été créée sur le site de l'ancien oratoire du XVIIIème siècle fondé par un peintre du village après son retour de pèlerinage à Lorette en Italie, sur une colline de 165 m où les batailles qui se déroulèrent d'octobre 1914 à octobre 1915 firent 100 000 morts et autant de blessés.

Trail des Poilus 123531poilus

Dès 1919, le site s'imposa comme l'espace par excellence où devait être commémoré le sacrifice de centaines de milliers de combattants.
C'est un décret présidentiel du 16 janvier 1924 qui décida la réalisation de ce vaste ensemble, le plus vaste des cimetières militaires français : 40 058 corps y reposent dans des tombes individuelles et dans sept ossuaires.


Trail des Poilus 601487nddl

Arrivée bien avance pour sentir monter l’adrénaline et les odeurs de pommades camphrées, regarder les sourires des grands gaillards suréquipés et surentrainés côtoyer les regards apeurés des plus jeunes dans leurs tenues « last gen » .
Je n’ai pas vu Ramboo trinquer dans l’estaminet. Peut être que je me suis trop attarder sur les esquisses de l’arrière salle qui représentent les villages alentours. Ou peut être que la matrone derrière le comptoir m’obnubilait trop.
En tout cas, l’heure des durs allait retentir et le coup de feu du départ du 46 bornes allait lâcher sa grappe de 250 coureurs.
Temps pour moi d’aller me préparer et ajuster mon barda, saluer d’autres potes et tester quelques paires de lunettes (un seul stand sur cette course ; un opticien spécialisé dans le sport. Sympa. Le prix des binocles aussi. 150 euros. pale je laisse aux autres.

Trail des Poilus 293935DSC06185

9h55 : je me décide à chauffer les armes des fantassins. Mes pieds, mes mollets, mes cuisses. Quelques étirements. Et je me place dans le dernier tiers. Pas la peine de fourbir les armes sur les 10 premiers kilos. Je sais que ce sont les 8 derniers qui vont être terribles. C’est à partir de de là où j'epere pouvoir remonter les effrontés qui se sont "moqués" de moi au départ, de mon barda et de mon appareil photo à la main…

Pan : Go Go Go. Je ne peux pas m’empécher. Plus fort que moi. La même litanie à chaque départ.
Et les endorphines qui arrivent déjà. Le shoot d’adrénaline associé à la montée en température se double pour la première fois (je testai) d’une seconde ligne addictive : la capture d’instants. Bien sur je n’ai pas pris le reflex qui m’accompagne en randonnée mais un petit Sony qui filme…. Et je décide donc d’utiliser à bon escient cette technologie embarquée pour immortaliser ce parcours et en faire profiter les compagnons de route virtuels de planete jogging

Très difficile voir impossible de calibrer comme certains ici, les cadences, vitesses et sensations au kilo prés. Certes, j’ai le compte rendu GPS et les souvenirs mais rarement sur une ballade (le mot course n’était pas adapté ce jour la pour moi comme vous le comprenez) les sensations furent constantes et heureuses. Oxygénées qualifie idéalement ces deux heures.

Je partage donc avec vous en live en reprenant l’expression de mon pote Gillou : style CNN.

Allez c’est parti !

Bon visionnage à tous …